LA RADIO COMMUNAUTAIRE
DE L'ESTRIE

Écoutez-nous

Émission en cours

  • Cochaux Show
    Avec René Cochaux
    L’actualité littéraire d’ici et d’ailleurs
Nos Émissions Affaires et vie communautaire

De chansons et de réflexions

Émission matinale

En alternance, aux deux semaines – Points de vue / De chansons et de réflexions

Benoit Paré & Steve Coté

En alternance, aux deux semaines – La Voix de l’itinérance / Tant qu’à consommer

ESB Show (École secondaire de Bromptonville)

Info Weekend

J’aime le communautaire

L’Heure Saint-Michel

La Voix de l’itinérance

Coop de Solidarité - L'Autre Toit

La Voix de la rue

Le monde de la politique, tout un monde

Les meilleures conversations de Pele Mele

Points de vue

Steve Coté

Tant qu’à consommer

Témoins d’ici et d’ailleurs
Nos Émissions Arts et culture

Arts d’oeuvres

Arts d’oeuvres Édition semaine

CFLX prend la rue

Cochaux Show

Le Vox du Vivarium

Pêle Mêle

Trames Sonores

Vivement l’Estrie
Nos Émissions Sports et loisirs

Rendez-vous Nature

Sports Estrie
Nos Émissions Musique

Alerte Métallique

Bleu Jazz

Brooke City Radio

Calor latino

Clic Franco

Club Country

Culture francophone en chansons

Diapason

Douceurs musicales

En français SVP

Filières Rock

Frañol

Juke Box International des prénoms

Le Maître du Métal

Le meilleur des Sages et des fous

Le monde de rock la nuit

Le rock et ses racines

Les légendes du country au Québec

Les Nuits Impossibles

Maniaco Progressif

Partir en balade

Rendez-vous du country centre-ville

Sous un ciel Blues

Tout l’monde en place

Zeste au hasard

Zeste musical

Zeste musical en remixe

Un système d’alerte mieux adapté aux différentes vagues de chaleur

21 juillet 2021

MONTRÉAL et QUÉBEC, le 21 juill. 2021 /CNW Telbec/ – Selon les projections climatiques actuelles, les saisons chaudes vont continuer à s’étendre au-delà des périodes estivales au cours des prochaines années et décennies. La gestion des vagues de chaleur sera de plus en plus complexe, tant en raison de l’augmentation de leur fréquence et de leur intensité qu’à cause de leur apparition précoce en début d’été et tardive à l’automne. Une équipe de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), en collaboration avec l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), est la première à proposer une adaptation d’un système de vigie sanitaire pour la chaleur extrême afin de l’adapter aux défis changeants du climat. Les résultats sont sous presse dans la revue BMC Public Health.

Les systèmes de vigie sanitaire pour la chaleur extrême, tels que ceux utilisés jusqu’ici au Québec pour alerter les autorités sanitaires compétentes de l’arrivée de chaleurs extrêmes, sont actifs pendant les mois les plus chauds de l’année, soit du 15 mai au 30 septembre pour le Québec. Le seuil de température fixé pour le déclenchement des alertes varie d’une région à une autre, mais reste stable au cours de l’été pour une même région. Or, ce mode d’opération représente une limite du système et soulève des préoccupations quant à son efficacité. En effet, certaines études ont démontré que les impacts sanitaires des vagues de chaleur, comme la mortalité, sont plus importants lorsque le corps humain n’est pas acclimaté à la chaleur, comme cela peut être le cas au début de la saison estivale.

Un modèle réaliste

Avec ce nouveau modèle, le professeur Fateh Chebana de l’INRS, le doctorant Mahamat Abdelkerim Issa et l’équipe du projet proposent de considérer l’impact sanitaire des vagues de chaleur propres chaque mois, pour la période d’avril à octobre. « Ce système adaptatif a le potentiel de prévenir la mortalité liée à la chaleur, en dehors des périodes typiques des vagues de chaleur, par des alertes sanitaires », souligne le professeur Chebana qui a participé à la conception du système d’alerte original pour les vagues de chaleur en 2010.

En plus de tenir compte de l’étendue de la saison des vagues de chaleur, le nouveau modèle propose des seuils de chaleur spécifiques pour chaque mois. Ces seuils de température se basent sur des données de mortalité de la santé publique. Par exemple, les seuils de température maximale et minimale (en Celsius) pour le déclenchement d’une alerte de vague de chaleur sont, selon l’étude, 23° et 12° en avril, 32° et 21° en juillet et 25° et 13° en octobre. « Nous avons utilisé la région métropolitaine de Montréal comme cas pilote pour tester le pouvoir prédictif du modèle, car elle offre une homogénéité au niveau des données climatiques et une grande quantité de données sanitaires disponibles. Éventuellement, il pourra être appliqué aux autres régions du Québec et d’ailleurs. », indique le doctorant.

La faisabilité d’intégrer les résultats de la recherche au système de vigie sanitaire pour la chaleur en fonction au Québec sera analysée par les autorités sanitaires concernées au cours des prochains mois.

Les prochains travaux de l’équipe de projet viseront à appliquer des scénarios climatiques au modèle afin de projeter les impacts sanitaires de la chaleur d’ici 2050 et 2100.

À propos de l’étude

L’article « A heat-health watch and warning system with extended season and evolving thresholds », par Mahamat Abdelkerim Issa, Fateh Chebana, Pierre Masselot, Céline Campagna, Éric Lavigne, Pierre Gosselin et Taha B. M. J. Ouarda, sera publié dans la revue BMC Public Health. L’étude a reçu un soutien financier du volet santé du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec, du consortium Ouranos et de Mitacs.

À propos de l’INRS

L’INRS est un établissement universitaire dédié exclusivement à la recherche et à la formation aux cycles supérieurs. Depuis sa création en 1969, il contribue activement au développement économique, social et culturel du Québec. L’INRS est 1er au Québec et au Canada en intensité de recherche. Il est composé de quatre centres de recherche et de formation interdisciplinaires, situés à Québec, à Montréal, à Laval et à Varennes, qui concentrent leurs activités dans des secteurs stratégiques : Eau Terre EnvironnementÉnergie Matériaux TélécommunicationsUrbanisation Culture Société et Armand-Frappier Santé Biotechnologie. Sa communauté compte plus de 1 500 membres étudiants, stagiaires postdoctoraux, membres du corps professoral et membres du personnel.

Twitter
Facebook

SOURCE: Institut National de la recherche scientifique (INRS)

Ajouter une réponse