LA RADIO COMMUNAUTAIRE
DE L'ESTRIE

Écoutez-nous

Émission en cours

Nos Émissions Affaires et vie communautaire

Centre Saint-Michel

Émission matinale

En route vers l’Hôtel de ville

ESB Show (École secondaire de Bromptonville)

Info Weekend

J’aime le communautaire

Coop de Solidarité - L'Autre Toit

La Voix de la rue

Le monde de la politique, tout un monde

Tant qu’à consommer

Témoins d’ici et d’ailleurs
Nos Émissions Arts et culture

Arts d’oeuvres

Arts d’oeuvres Édition semaine

Cochaux Show

Pêle Mêle

Vivement l’Estrie
Nos Émissions Sports et loisirs

Rendez-vous Nature

Sports Estrie

Sports Estrie
Nos Émissions Musique

Alerte Métallique

BarbaLove

Bleu Jazz

Brooke City Radio

Calor latino

Clic Franco

Club Country

Culture francophone en chansons

Diapason

Douceurs musicales

En français SVP

Filières Rock

Frañol

La Playlist Country

Le Maître du Métal

Le rock et ses racines

Les légendes du country au Québec

Les Nuits Impossibles

Maniaco Progressif

On jase de toi

Pour les sages et les fous

Rendez-vous du country centre-ville

Sous un ciel Blues

Tout l’monde en place

Zeste musical

Zeste musical en remixe

Retour en classe: Le ministre Roberge improvise encore au détriment des élèves et des employé-es de soutien

6 janvier 2022

MONTRÉAL, le 6 janv. 2022 /CNW Telbec/ – Le syndicat des employés de soutien de deux Centres de services scolaire et de trois Commissions scolaires de la région métropolitaine dénonce avec vigueur l’ouverture des écoles spécialisées et l’ouverture probable de plusieurs classes spécialisées de même que certaines décisions touchant les services de garde d’exception.

Le Syndicat des employées et employés professionnel-les et de bureau (SEPB-Québec-FTQ) et ses sections locales 576, 577, 578 et 579 représentant près de 8000 employées de soutien du secteur scolaire a pris connaissance des nouvelles mesures annoncées par le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge dans le cadre d’une conférence de presse présentée le 5 janvier dernier.

« Les élèves dans les écoles spécialisées et les classes spécialisées sont une clientèle vulnérable qui ne porte pas de masque et qui a des contacts très étroits avec le personnel des écoles. Pour leur santé et celle de nos membres, il nous semble irresponsable de hâter leur retour en classe », déplore Jean-François Labonté, président du SEPB-578.

Accès aux tests PCR

« Encore cette année le gouvernement attend d’avoir frappé le mur avant de réagir et il semble improviser. Nous accueillons favorablement la décision de nous inscrire sur la liste des personnes prioritaires pour avoir accès à des tests PCR dans les centres de dépistage, mais nous considérons que la date du 15 janvier est trop tardive alors que nos membres sont déjà sur le terrain », déplore aussi Manon Cholette, présidente du SEPB-579.

Le dossier de la ventilation dans les écoles n’est pas réglé, le ministre n’a pas été en mesure de démontrer que la qualité de l’air est sécuritaire dans nos établissements. Pourtant une ventilation inadéquate de lieux fermés mène à un plus grand risque de transmission. Nous déplorons les risques encourus pour les enfants et le personnel qui fréquenteront les établissements demeurés ouverts dans les prochains jours.

« Selon nous le gouvernement aurait dû attendre que les 3e doses soient à leur plein potentiel avant de réouvrir les écoles spécialisées notamment. Ce gouvernement semble oublier que 50% des nouveaux cas de COVID viennent des écoles. C’est une situation très anxiogène pour les parents d’élèves et pour nos membres », explique Pierrick Choinière-Lapointe, directeur exécutif du SEPB-Québec.

Toujours pas de prime COVID

Alors que nos membres sont au front depuis près de deux ans et qu’ils sont parmi les plus à risque de contracter le virus, le gouvernement leur refuse toujours une prime COVID alors qu’il l’a accordée à plusieurs autres corps de métier en santé, et ce dès le début de la pandémie en 2020.

Nous sommes aussi très déçus de la décision de la santé publique de ne pas recommander les masques N95. Nous demandons d’en mettre à disposition et que nos membres aient au moins le choix d’en porter ou non.

SOURCE: Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB)

Ajouter une réponse