LA RADIO COMMUNAUTAIRE
DE L'ESTRIE

Écoutez-nous

Émission en cours

Nos Émissions Affaires et vie communautaire

J’aime le communautaire

avec Lucie Levasseur

On vous parlent de ressources près de chez vous

Ces mots qui nous gouvernent

avec Maxime Gagne et Antoine Forcier

Les rouages de la politique locale, nationale et internationale

Pêle Mêle

avec Sylvie L Bergeron

Pot pourri musical à contenu, animé par une fille branchée sur l'actualité

Centre Saint-Michel

avec Patrice Desmarais et Étudiants Centre St-Michel

Chroniques diverses sur des sujets qui touchent des jeunes en intégrations

Tant qu’à consommer

avec ACEF Estrie

Nos Émissions Arts et cultures

Ciné Brunch

avec Jim Boulay

Revue cinéma

Arts d’oeuvres Édition semaine

avec Sylvie L Bergeron

En guise de de cocktail amical, un magazine artistique et culturel au menu

Cochaux Show

avec Rene Cochaux

Émission littéraire animée par René Cochaux.

Arts d’oeuvres

avec Sylvie L Bergeron

En guise de de coquetel amical, un magazine artistique et culturel au menu

Vivement l’Estrie

avec Sylvie L Bergeron

Chroniques diverses pour mettre en valeur les acitivités récréo-touristique

Nos Émissions Sports et loisirs

Rendez-vous Nature

avec Ernie Wells

Sports Estrie

avec Steve Gosselin, Michael Innes et Francis Montmigny

Sports régionale

Rapport de la CAPERN sur les pesticides : la balle est dans le camp des ministres de l’Agriculture et de l’Environnement

20 février 2020

Longueuil, 19 février 2020 – L’Union des producteurs agricoles (UPA) réagit de façon généralement positive au rapport de la Commission de l’agriculture, des pêcheries, de l’énergie et des ressources naturelles (CAPERN) sur les pesticides.

« Les membres de la CAPERN devaient arriver à un consensus dans un dossier très polarisant et fortement médiatisé. Le rapport aborde les principaux enjeux soulevés durant les audiences et reprend plusieurs de nos recommandations. Il appartient maintenant aux ministres de l’Agriculture et de l’Environnement d’y donner suite et de s’assurer que le financement alloué soit à la hauteur des engagements. Nous demandions 60 M$ de plus par année. Sur cet aspect, la Commission est muette », a déclaré aujourd’hui le président général de l’UPA, Marcel Groleau.

 Rappelons que la CAPERN, comme l’ont demandé l’UPA, Équiterre et la Fondation David Suzuki, a procédé l’automne dernier à des auditions sur « l’examen des impacts des pesticides sur la santé publique et l’environnement, ainsi que sur les pratiques de remplacement innovantes disponibles et à venir dans les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation, et ce, en reconnaissance de la compétitivité du secteur agroalimentaire québécois ».

À ce chapitre, l’UPA a demandé aux membres de la Commission de prendre en considération les nombreux gestes posés ces dernières années par les agriculteurs et les agricultrices pour limiter l’impact de leurs activités sur l’environnement, plus particulièrement en matière de gestion des pesticides. Elle a aussi rappelé que le bilan du Québec se comparait avantageusement à celui des autres provinces et qu’il faudrait, pour continuer, aller au-delà du volet réglementaire si nous souhaitons collectivement réduire et améliorer l’utilisation des pesticides.

Parmi ses 35 recommandations, l’UPA avait insisté sur certaines mesures importantes qui ne se trouvent pas dans le rapport, notamment la rétribution des producteurs agricoles pour les biens et services environnementaux qu’ils rendent à la société, comme le font déjà plusieurs pays. Nous ne pouvons faire abstraction du contexte commercial extrêmement compétitif dans lequel l’agriculture québécoise évolue, ici face aux produits importés et ailleurs dans le monde.

Rappelons que les mesures environnementales peuvent représenter un coût pour les producteurs qu’il est impossible de transférer aux marchés, tant à l’exportation que sur le marché domestique. Les attentes sociétales en matière de gestion des pesticides sont légitimes, mais il faut se donner une vision et un plan d’action avec un échéancier réaliste. La CAPERN n’aborde que timidement cet aspect important dans ses recommandations.

« Le gouvernement du Québec doit saisir la balle au bond et répondre aux attentes maintes fois exprimées par les producteurs dans son prochain discours sur le budget et dans le Plan d’agriculture durable qu’il doit présenter cette année », a conclu Marcel Groleau.

 Source : Patrice Juneau, Conseiller principal, contenu stratégique et relations médias 450 679-0540, poste 8591 | 514 702-8591

Ajouter une réponse