LA RADIO COMMUNAUTAIRE
DE L'ESTRIE

Écoutez-nous

Émission en cours

  • Cochaux Show
    Avec René Cochaux
    L’actualité littéraire d’ici et d’ailleurs
Nos Émissions Affaires et vie communautaire

De chansons et de réflexions

Émission matinale

En alternance, aux deux semaines – Points de vue / De chansons et de réflexions

Benoit Paré & Steve Coté

En alternance, aux deux semaines – La Voix de l’itinérance / Tant qu’à consommer

ESB Show (École secondaire de Bromptonville)

Info Weekend

J’aime le communautaire

L’Heure Saint-Michel

La Voix de l’itinérance

Coop de Solidarité - L'Autre Toit

La Voix de la rue

Le monde de la politique, tout un monde

Les meilleures conversations de Pele Mele

Points de vue

Steve Coté

Tant qu’à consommer

Témoins d’ici et d’ailleurs
Nos Émissions Arts et culture

Arts d’oeuvres

Arts d’oeuvres Édition semaine

CFLX prend la rue

Cochaux Show

Le Vox du Vivarium

Pêle Mêle

Trames Sonores

Vivement l’Estrie
Nos Émissions Sports et loisirs

Rendez-vous Nature

Sports Estrie
Nos Émissions Musique

Alerte Métallique

Bleu Jazz

Brooke City Radio

Calor latino

Clic Franco

Club Country

Culture francophone en chansons

Diapason

Douceurs musicales

En français SVP

Filières Rock

Frañol

Juke Box International des prénoms

Le Maître du Métal

Le meilleur des Sages et des fous

Le monde de rock la nuit

Le rock et ses racines

Les légendes du country au Québec

Les Nuits Impossibles

Maniaco Progressif

Partir en balade

Rendez-vous du country centre-ville

Sous un ciel Blues

Tout l’monde en place

Zeste au hasard

Zeste musical

Zeste musical en remixe

Qualité de l’air intérieur dans les écoles – Ouverture des fenêtres par temps froid…

21 janvier 2022

QUÉBECle 21 janv. 2022 /CNW Telbec/ – Avec le temps froid qui sévit présentement dans plusieurs régions, le ministère de l’Éducation rappelle que la sécurité et le confort des élèves et du personnel scolaire doivent être une priorité pour favoriser les apprentissages. Conséquemment, l’ouverture partielle des fenêtres ne devrait se faire que pendant de courtes périodes de temps pour conserver une température confortable dans les classes.

Bien que la qualité de l’air dans les classes puisse être préoccupante pour les enseignants et les parents, le Ministère souligne que pour tirer une conclusion sur la qualité de l’air, il importe de regarder les moyennes de concentration de CO2 sur une période plus longue qu’une seule lecture. Rappelons que les lecteurs mesurent le taux d’humidité, la température ambiante et la concentration de CO2, qui sont trois paramètres de confort. La recherche d’un équilibre entre ces trois paramètres doit être préconisée.

La cible de 1 000 ppm a pour but d’obtenir une qualité de l’air optimale favorisant la concentration des élèves et la réussite éducative. Une concentration moyenne inférieure à 1 500 ppm indique une ventilation adéquate selon les experts du Ministère.

S’il se peut que les taux montent exceptionnellement au-dessus de cette cible lors des journées très froides, alors qu’il est plus difficile d’ouvrir les fenêtres plus régulièrement, la sécurité des occupants n’est tout de même pas compromise. La ventilation est une mesure additionnelle aux mesures déjà en place, telles que le port du masque, la distanciation et les mesures d’isolement en cas de COVID-19.

Rappelons que la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) prescrit une concentration maximale quotidienne de 5 000 ppm sur huit heures dans le Règlement sur la santé et la sécurité du travail pour assurer la sécurité des travailleurs. Un guide a été transmis aux organismes scolaires ces derniers mois pour épauler le personnel scolaire dans l’utilisation des lecteurs de paramètres de confort.

Ces lecteurs permettent justement au personnel scolaire d’intervenir de manière plus graduelle (ouverture partielle ou plus grande des fenêtres et des portes, notamment lors des récréations et des pauses) et plus rapide pour assurer une bonne qualité de l’air dans les locaux d’apprentissage de l’ensemble du Québec. Si des lacunes persistantes sont observées au chapitre de la qualité de l’air dans une classe, des interventions de plus grande ampleur, comme l’installation d’un échangeur d’air, peuvent avoir lieu. Le Ministère rappelle qu’il dispose d’échangeurs d’air prêts à être livrés aux organismes scolaires qui en font la demande.

Citations :

« L’environnement dans lequel évoluent les élèves peut avoir une incidence directe sur les apprentissages et la réussite. Les recommandations des experts sont claires : une bonne ventilation s’ajoute aux mesures déjà mises en place, comme le port du masque, la distanciation et les mesures d’isolement en cas de COVID-19. Ayant moi-même été enseignant, je suis conscient de l’importance d’ouvrir les fenêtres dans les classes, mais pas au détriment du confort des élèves, particulièrement par temps très froid. Il faut voir la situation dans son ensemble. Je fais confiance au personnel scolaire pour suivre le protocole de lecture qui leur a été transmis et penser, d’abord et avant tout, au bien-être de leurs élèves. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

« De manière générale, la ventilation permet des échanges d’air pour assurer une qualité de l’air acceptable. En contexte pandémique, la ventilation est un élément additionnel qui aide à diminuer les risques de transmission de la COVID-19 dans les salles de classe. On doit l’utiliser de manière optimale sans nuire au confort thermique (environ 20°C) des occupants. Il faut commencer par ouvrir les fenêtres avant l’arrivée des élèves et garder la porte ouverte en tout temps. Il ne faut surtout pas mettre les élèves et les enseignants dans une situation d’inconfort. »

Ali Bahloul, chercheur spécialisé en ventilation industrielle, en qualité de l’air intérieur et en protection respiratoire à l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail (IRSST)

« Il est important de comprendre que la concentration de CO2 peut dépasser 1 500 ppm, voire 2 000 ppm, ponctuellement pendant la journée, sans que la moyenne dépasse 1 500 ppm sur la période d’occupation. C’est l’évaluation des concentrations moyennes quotidiennes de CO2 (sur la période d’occupation) qui détermine si des mesures supplémentaires doivent être appliquées pour corriger la situation. Nous demandons aux écoles et aux enseignants de se référer au protocole d’utilisation des lecteurs qui leur a été transmis. Toutes les indications s’y trouvent pour permettre une meilleure aération des classes. »

Caroline Imbeau, ing., sous-ministre adjointe à la gouvernance des infrastructures du ministère de l’Éducation

Faits saillants :

  • Plus de 90 000 lecteurs devront être installés par les organismes scolaires et les établissements d’enseignement privés.
  • Plus de 73 % des lecteurs ont déjà été livrés et 47 % sont installés et calibrés, couvrant ainsi toutes les écoles jugées prioritaires et même plus. Le gouvernement du Québec est le premier et le seul au Canada à doter toutes ses classes de lecteurs de paramètres de confort. Les premières données fiables et réalistes seront rendues publiques de façon régulière dès qu’elles deviendront significatives.

Liens connexes :

Pour consulter le rapport sur la qualité de l’air dans les écoles :
http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/reseau/rapport-qualite-air2.pdf.

Pour consulter le résumé du rapport du groupe d’experts scientifiques et techniques concernant la ventilation et la transmission de la COVID-19 en milieu scolaire et en milieu de soins :
https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2020/20-210-374W.pdf.

SOURCE: Ministère de l’Éducation

Ajouter une réponse