LA RADIO COMMUNAUTAIRE
DE L'ESTRIE

Écoutez-nous

Émission en cours

Nos Émissions Affaires et vie communautaire

J’aime le communautaire

avec Lucie Levasseur

On vous parlent de ressources près de chez vous

Ces mots qui nous gouvernent

avec Maxime Gagne et Antoine Forcier

Les rouages de la politique locale, nationale et internationale

Pêle Mêle

avec Sylvie L Bergeron

Pot pourri musical à contenu, animé par une fille branchée sur l'actualité

Centre Saint-Michel

avec Patrice Desmarais et Étudiants Centre St-Michel

Chroniques diverses sur des sujets qui touchent des jeunes en intégrations

Tant qu’à consommer

avec ACEF Estrie

Nos Émissions Arts et cultures

Ciné Brunch

avec Jim Boulay

Revue cinéma

Arts d’oeuvres Édition semaine

avec Sylvie L Bergeron

En guise de de cocktail amical, un magazine artistique et culturel au menu

Cochaux Show

avec Rene Cochaux

Émission littéraire animée par René Cochaux.

Arts d’oeuvres

avec Sylvie L Bergeron

En guise de de coquetel amical, un magazine artistique et culturel au menu

Vivement l’Estrie

avec Sylvie L Bergeron

Chroniques diverses pour mettre en valeur les acitivités récréo-touristique

Nos Émissions Sports et loisirs

Rendez-vous Nature

avec Ernie Wells

Sports Estrie

avec Steve Gosselin, Michael Innes et Francis Montmigny

Sports régionale

L’R demande au gouvernement de considérer les impacts potentiels sur les femmes avant de prendre des décisions politiques

17 février 2020

MONTRÉAL, le 17 févr. 2020 /CNW Telbec/ – Aujourd’hui dans toutes les régions du Québec, les centres de femmes font des actions d’éclat au bureau de leur député.es pour sensibiliser les élu.es à l’impact particulier pour les femmes des choix politiques et leur demander de s’engager à consulter les centres de la région avant de prendre des décisions qui pourraient avoir des conséquences sur la vie des femmes et l’égalité de fait.

Spécialistes des réalités des femmes
« Les Centres de femmes ont une expertise unique en ce qui a trait aux différentes réalités vécues par les femmes à l’échelle de la province, mais aussi dans chaque région », note Diane Messier, présidente du regroupement. Chaque année, les centres à travers la province rejoignent plus de 260 000 femmes, ce qui fait de nous des conseillères avisées quand vient le temps de prendre des décisions qui pourraient toucher les femmes. Cette année, c’est l’impact du travail invisible sur la vie des femmes qui a particulièrement préoccupé les femmes.

Le travail invisible, conséquence du néolibéralisme
Après compilation de près de 5000 réponses sur son « calculateur de travail invisible », L’R des centres de femmes du Québec estime que les Québécoises effectuent en moyenne 26,5 heures de travail invisible par semaine. « La quantité de travail invisible réalisée par les femmes est directement proportionnelle à l’effritement du filet social, explique Diane Messier ». Ce dernier est mis à mal par les politiques néolibérales, notamment les coupures dans la santé et les services sociaux et le sous-financement chronique du secteur communautaire. « Ce sont principalement des travailleuses, dans ces secteurs, qui sont touchées par les coupures et les mauvaises conditions de travail et ce sont principalement des femmes qui pallient le manque de services en réalisant davantage de travail invisible ».

Engagements clairs
Pour ce faire, un document d’information, de même qu’une œuvre réalisée par les femmes fréquentant les centres ont été remis aujourd’hui à tous les député.es rencontrés. Nous demandons à chacun de ces élu.es de s’engager à contacter les centres de femmes membre de L’R la prochaine fois qu’il ou elle se trouve face à une décision politique qui pourrait avoir un impact sur la vie des femmes et l’égalité de fait.

SOURCE: L’R des centres de femmes du Québec

Ajouter une réponse