LA RADIO COMMUNAUTAIRE
DE L'ESTRIE

Écoutez-nous

Émission en cours

Nos Émissions Affaires et vie communautaire

Centre Saint-Michel

Émission matinale

En route vers l’Hôtel de ville

ESB Show (École secondaire de Bromptonville)

Info Weekend

J’aime le communautaire

Coop de Solidarité - L'Autre Toit

La Voix de la rue

Le monde de la politique, tout un monde

Tant qu’à consommer

Témoins d’ici et d’ailleurs
Nos Émissions Arts et culture

Arts d’oeuvres

Arts d’oeuvres Édition semaine

Cochaux Show

Pêle Mêle

Vivement l’Estrie
Nos Émissions Sports et loisirs

Rendez-vous Nature

Sports Estrie

Sports Estrie
Nos Émissions Musique

Alerte Métallique

BarbaLove

Bleu Jazz

Brooke City Radio

Calor latino

Clic Franco

Club Country

Culture francophone en chansons

Diapason

Douceurs musicales

En français SVP

Filières Rock

Frañol

La Playlist Country

Le Maître du Métal

Le rock et ses racines

Les légendes du country au Québec

Les Nuits Impossibles

Maniaco Progressif

On jase de toi

Pour les sages et les fous

Rendez-vous du country centre-ville

Sous un ciel Blues

Tout l’monde en place

Zeste musical

Zeste musical en remixe

Déclaration d’Élisabeth Brière à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination…

25 novembre 2021

Sherbrooke – Élisabeth Brière a fait aujourd’hui la déclaration suivante à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes :

« Personne ne devrait subir de violence à cause de ce qu’elle est ou de ce qu’il est. Pourtant, la violence fait partie de la terrifiante réalité d’un trop grand nombre de femmes, de filles et de personnes de diverses identités et expressions de genre.

En cette Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, journée qui concorde avec le lancement des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le sexe, nous réaffirmons notre engagement à nous élever contre les actes de violence fondée sur le sexe et à les dénoncer, ici au Canada et partout dans le monde.

Par ailleurs, cette année marque le 30e anniversaire de la campagne des 16 jours. Depuis sa création en 1991, plus de 6 000 organismes de 187 pays ont participé à ce mouvement mondial qui atteint quelque 300 millions de personnes. Le Canada est fier de se tenir aux côtés de partenaires mondiaux pour souligner cet anniversaire qui nous appelle à réfléchir aux progrès accomplis, tout en reconnaissant qu’il reste beaucoup à faire.

La crise de la COVID-19 a amplifié le problème de la violence fondée sur le sexe et fait ressortir l’urgence d’agir. En effet, tout au long de la pandémie, des femmes ont été une source de soutien pour leurs enfants comme pour leur communauté, des jeunes ont été privés d’occasions d’étudier et de recevoir de la formation, et des personnes de diverses identités de genre ont été coupées de leurs réseaux de soutien. La pandémie nous a toutes et tous touchés, et elle a eu de graves conséquences sur les personnes aux prises avec la violence. Beaucoup d’organismes qui aident et servent les personnes touchées par la violence fondée sur le sexe ont déclaré que la demande de services avait grimpé depuis le début de la pandémie et que la gravité des cas avait aussi monté.

La violence fondée sur le sexe est inacceptable au Canada. Depuis le mois d’avril 2020, notre gouvernement a financé plus de de 1 200 organismes qui offrent de l’aide et des services liés à ce type de violence, ce qui a donné à plus de 1,3 million de personnes un lieu sûr vers lequel se tourner. Avec nos partenaires, des dirigeantes et dirigeants autochtones, les provinces et les territoires, nous travaillons à la réalisation d’un nouveau plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Ce plan est financé par un investissement historique de 601,3 millions de dollars sur cinq ans inscrit dans le budget de 2021. De plus, nous avons proposé des réformes pour renforcer les lois concernant la violence fondée sur le sexe et nous assurer que notre système de juste traite équitablement les personnes survivantes d’agressions sexuelles et de violence fondée sur le sexe.

Le thème de la campagne de cette année, Au-delà des 16 jours, nous rappelle que mettre un terme à la violence fondée sur le sexe ne se fera pas en 16 jours. Cela nécessite des actions concrètes toute l’année.

Jusqu’au 10 décembre, je vous invite à utiliser le mot-clic #16Jours pour publier vos messages de solidarité et de soutien, et pour nous faire savoir ce que vous ferez, durant les 16 jours et au-delà, pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe.

À Sherbrooke, nous avons une maison d’hébergement, l’Escale de l’Estrie et des organismes comme le CALACS Agression Estrie, le Centre de femmes La Parolière ou Concertaction Femmes Estrie qui font un travail remarquable pour prévenir et contrer la violence fondée sur le genre! Nous avons des organismes locaux qui s’attaquent à une panoplie de problématiques allant de l’accès à l’avortement (Collectif pour un libre choix) à l’accès aux sphères décisionnelles (PÉPINES), en passant par l’intégration au marché de l’emploi (CIME). Aujourd’hui, je tiens vraiment à souligner leur travail acharné et surtout, à leur dire de ne pas lâcher! Un jour nous allons mettre fin à la violence fondée sur le genre, ensemble.

La relance est impossible si les femmes, les jeunes et les personnes de diverses identités de genre ne sont pas en sécurité et à même de contribuer pleinement à notre économie. Ensemble, nous pouvons mettre fin à toutes les formes de violence fondée sur le sexe. Donnons-nous le Canada que nous méritons : un pays où chaque personne vit à l’abri de la violence, du harcèlement et de l’intimidation. »

Information : Olivia Scieur-Aparicio, Conseillère principale en communication Élisabeth Brière Députée fédérale de Sherbrooke

Ajouter une réponse