LA RADIO COMMUNAUTAIRE
DE L'ESTRIE

Écoutez-nous

Émission en cours

  • Bleu Jazz
    Avec Alain Robert, Jean-François Martel et Clément Huneault
    Blues et jazz à l’apéro
Nos Émissions Affaires et vie communautaire

Bon midi l’Estrie

avec Marc-André Hamel

Émission d'actualité en Estrie

CFLX prend la rue

avec Sylvie L. Bergeron

Rendez-vous sur la rue, en plein cœur de Wellington-sur-mer

Nos Émissions Arts et culture

Pêle Mêle

avec Sylvie L. Bergeron

Pot pourri musical à contenu, animé par une fille branchée sur l'actualité

Arts d’oeuvres Édition semaine

avec Sylvie L. Bergeron

En guise de de cocktail amical, un magazine artistique et culturel au menu

Cochaux Show

avec René Cochaux

L’actualité littéraire d’ici et d’ailleurs

Arts d’oeuvres

avec Sylvie L. Bergeron

En guise de de coquetel amical, un magazine artistique et culturel au menu

Vivement l’Estrie

avec Sylvie L. Bergeron

Chroniques diverses pour mettre en valeur les acitivités récréo-touristique

Nos Émissions Sports et loisirs

Sports Estrie

avec Michael Innes et Francis Montmigny

Sport régional

Nos Émissions Musique

La belle jazz

avec Barbara Secours

Les plus belles pièces de ce genre

Sous un ciel Blues

avec Martin Lachance

Découvrir le BLUES sous tous ses styles, influences et artiste

Zeste musical

avec Sylvie L. Bergeron et Patrice Desmarais

Les choix coups de cœur de nos personnalités issues de différents horizons

En Español SVP

avec Boogát

Le meilleur de la musique latine actuelle

Phonoscope

avec Claude Émond

Musiques de films… à la radio!

Du rock pas possible!

avec Jean-Francois Langevin

Les années 80 avec Jean-Francois Langevin

Alerte Métallique

avec Luc Lainé

Le meilleur de la musique métal

Brooke City Radio

avec Chele & Keej

Votre émission hip-hop à Sherbrooke

Bleu Jazz

avec Alain Robert, Jean-François Martel et Clément Huneault

Blues et jazz à l’apéro

Le Maître du Métal

avec Mathieu Lecours

Le meilleur du rock métal

Filières Rock

avec DenisMo, Charley, Richard et Cynthopia

Le rock dans tous ses états

Frañol

avec Hugues Montmigny

Un savoureux mélange de chansons en français et en espagnol

Club Country

avec Jessy Aulis et Annie Plante

Musique country américaine et canadien anglophone

Maniaco Progressif

avec Jean-Pierre Bourgault et Gérald Bourgault

Une émission qui voyage dans le temps (des années 70 à aujourd’hui)

Pour les sages et les fous

avec Michel Roy

Émission axée sur la diversité musicale tout azimut

Le rock et ses racines

avec Patrice Desmarais

Nouveautés et classiques du rock, en plus des styles qui s'y apparentent

Calor latino

avec Cesar Gomez

Calor latino s’adresse à tous les amateurs de musique latine

Rendez-vous du country centre-ville

avec Alain Roy

Ce rendez-vous du centre-ville présente la musique country francophone

Diapason

avec Yves Robidoux

Présentation commentée des compositeurs et de la musique classique

Douceurs musicales

avec Donald Thibault

Émission de musique Nouvel Âge

Les Nuits Impossibles

avec Mathieu Lecours

Un tour de piste de plus de 30 genres musicaux par nuit, tous en lien avec

Tout l’monde en place

avec Robert Legault

Musique traditionnelle québécoise

Conflits de travail chez Exceldor et Olymel: L’abattage doit reprendre

10 juin 2021

Longueuil, 10 juin 2021 – L’Union des producteurs agricoles (UPA), à l’instar des filières avicole et porcine, demande à Exceldor, à Olymel et à leurs employés (Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce et Fédération du commerce-CSN) d’accélérer la négociation et de tout mettre en œuvre pour assurer un minimum d’abattage et ainsi éviter l’euthanasie d’animaux et le gaspillage alimentaire d’ici la fin des deux conflits.

« La situation actuelle génère beaucoup d’inquiétude chez les producteurs porcins car les porcs risquent de s’accumuler. Elle entraîne aussi l’euthanasie de centaines de milliers de poulets et de poules pondeuses. Les parties prenantes dans ces conflits doivent trouver des solutions pour minimiser l’impact chez les producteurs et mettre fin au gaspillage alimentaire dans le secteur avicole. On ne peut se permettre que ces conflits de travail perdurent », a déclaré le président général de l’UPA, Marcel Groleau, rappelant que 400 000 poulets abattus, c’est l’équivalent de 400 000 repas pour 4 personnes (1,6 million de repas).

Rappelons que les quelque 550 employés de l’usine de transformation de poulets Exceldor, à Saint-Anselme dans Chaudière-Appalaches, sont en grève générale depuis le 23 mai. À quelques kilomètres de là, à Vallée- Jonction, les 1 150 travailleurs de l’usine d’abattage et de transformation de porcs d’Olymel le sont depuis le 28 avril. Ces deux conflits ont un impact direct sur les producteurs et il y a lieu de s’en préoccuper.

« Les négociations sont au point mort chez Exceldor, malgré la nomination la semaine dernière d’une médiatrice spéciale par le ministre Jean Boulet. Toute la filière ressent les effets de cette grève, incluant le secteur de la restauration. Cette situation est intolérable et va à l’encontre de la nature des éleveurs de poulets de tout le Québec. Les éleveurs ont pris l’engagement de nourrir les consommateurs québécois, un contrat social d’envergure qu’ils souhaitent remplir. C’est pourquoi les abattages doivent reprendre de façon à éviter que d’autres euthanasies de volailles à la ferme surviennent », a mentionné le président des Éleveurs de volaille du Québec, Pierre-Luc Leblanc.

« Notre préoccupation principale, c’est le bien-être animal. Les deux parties doivent garder en tête les conséquences très sérieuses que peut entraîner une fermeture d’abattoir. Les producteurs sont contraints de retenir dans leurs bâtiments un nombre plus élevé de porcs avec des poids qui, de jour en jour, deviennent de plus en plus importants. Croyez-moi, aucun éleveur ne veut voir des porcs entassés dans sa ferme, encore moins lors d’une période où les grandes chaleurs s’installent », a ajouté le directeur général des Éleveurs de porcs du Québec, Alexandre Cusson.

L’UPA ne prend pas position pour l’une ou l’autre des parties concernées. Il y a toutefois lieu de se questionner, en tant que société, sur l’acceptabilité sociale et l’impact de tels conflits. La taille des usines, la rationalisation et la concentration de la transformation alimentaire dans le secteur des viandes rendent ces filières extrêmement vulnérables lors de grèves ou de lockouts, le déplacement des volumes vers d’autres lieux d’abattage étant difficile. Chaque maillon de la chaîne est indispensable à la production et l’accès aux aliments, de la terre à la table.

Ajoutons que les éleveurs travaillent avec « du vivant ». La production de porcs et de poulets fait partie d’un cycle de production qui ne peut être ralenti ou arrêté à court terme, d’où le caractère essentiel des activités d’abattage.

C’est d’ailleurs ce qui a été démontré tout au long de la pandémie alors que tout a été mis en œuvre pour éviter une rupture de la chaîne d’approvisionnement. Dans ce cadre, un arrêt des activités en raison de conflits de travail est inacceptable, voire paradoxal d’un point de vue non seulement commercial, mais également éthique et social.

Une activité minimale doit être maintenue pour éviter le gaspillage alimentaire et un chamboulement important des activités des filières et des marchés.

Information : Jessica Blackburn, Chargée des relations de presse et des réseaux sociaux, UPA

Ajouter une réponse