En direct



La prévention du suicide et le contrôle des armes à feu : qu’en adviendra-t-il?

Logo

Montréal, le 8 octobre 2015 – Le Regroupement des centres de prévention du suicide du Québec (RCSPQ) a profité de la présente campagne électorale fédérale pour tenir, aujourd’hui même, sa première activité médiatique.

Depuis déjà plusieurs années, les centres de prévention du suicide du Québec ont suivi avec une attention toute particulière l’évolution, sur la scène fédérale, du dossier du contrôle des armes à feu.

Nous avons applaudi, en 1995, l’adoption de la Loi sur les armes à feu. En effet, celle-ci s’inscrivait en cohérence avec les nombreuses études soulignant la corrélation entre la mise en œuvre de mesures sur le contrôle des armes et la baisse du nombre de suicide par armes à feu.

Nous avons été ébranlés, voire choqués, lorsque le 25 octobre 2011, le ministre de la Sécurité publique d’alors a déposé à la Chambre des communes le projet de loi C-19 : Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur les armes à feu (titre abrégé : « Loi sur l’abolition du registre des armes d’épaule »), qui a été adopté en première lecture, le même jour. Ce projet de loi prévoyait la destruction des registres et fichiers existants concernant l’enregistrement des armes à feu sans restrictions qui se trouvent dans le Registre canadien des armes à feu ainsi que la fin de l’obligation pour les marchands d’armes de maintenir des registres de ventes. « Nous avons alors eu le sentiment que la prévention du suicide venait de perdre un outil important contribuant significativement à la diminution des décès par suicide », note Louise Lévesque, présidente du RCPSQ.

Puis, les centres de prévention du suicide du Québec ont mis leur espoir dans la possibilité de peut-être sauver les données concernant le Québec afin qu’un registre québécois des armes puisse être créé.

Nous saluons d’ailleurs, à ce titre, la belle unanimité des partis politiques québécois qui sont prêts à s’engager à rétablir le registre même si nous ne gagnons pas le droit de préserver les données du registre canadien pour le Québec.

Il nous semblait donc opportun et tout indiqué, dans un tel contexte, d’interpeller les partis politiques fédéraux sur la question du contrôle des armes à feu sous l’angle de la prévention du suicide.

Plus de 25 ans après Polytechnique, nous avons un devoir de mémoire.

Besoin d’aide : 1 866 APPELLE – 1 866 277-3553

 De l’aide professionnelle existe pour les personnes qui ont des idées suicidaires, leurs proches et les personnes endeuillées à la suite d’un suicide. Ligne d’intervention téléphonique disponible partout au Québec, 24 heures, 7 jours – gratuite – confidentielle.

À propos du RCPSQ

Fondé en janvier 2015, le Regroupement des centres de prévention du suicide du Québec est un organisme communautaire québécois qui a pour mission de regrouper, représenter et soutenir les CPS du Québec.

Source et informations : Bertrand Gignac Administrateur RCPSQ